L’art naïf indiscipliné à l’honneur au Musée Maillol

L’art naïf indiscipliné à l’honneur au Musée Maillol

Apparues à la fin du XIXe siècle, des œuvres issues le plus souvent de peintres autodidactes et de milieux modestes ont interpellé les institutions officielles. Le terme « art naïf », quelque peu condescendent, fut alors employé. Au Québec, on parle alors « d’Art indiscipliné », terme sans doute plus juste. En effet, ces artistes ne suivent pas les règles académiques, ne se soucient aucunement des perspectives et exploitent les couleurs vives. Ils expriment ce qu’ils ressentent. Il en ressort une réelle puissance, une véritable fraîcheur de candeur sans tricherie.

Au musée Maillol, jusqu’au 19 janvier, l’exposition, Du Douanier Rousseau à Séraphine, les grands maîtres naïfs, présente plus d’une centaine d’œuvres. Henri Rousseau, Séraphine Louis seront, bien entendu, à l’honneur et également d’autres artistes tels qu’André Bauchant, Camille Bombois, Ferdinand Desnos, Jean Ève, René Rimbert, Dominique Peyronnet et Louis Vivin. Situé dans le 7e arrondissement, 20 min seront nécessaires de notre hôtel Star Champs Élysées (Ligne 1 Station Charles de Gaulle Étoile, arrêt Concorde, puis ligne 12, arrêt Rue du Bac).

Séraphine Louis, Les Grappes de raisin, 1928-1929, huile sur toile, 195 x 130 cm, Courtesy galerie Dina Vierny, Photo : © Jean-Louis Losi

En savoir plus